La précocité intellectuelle d’un enfant est parfois difficile à déceler, tant son comportement peut être déroutant. Il peut être rêveur, lymphatique, inhibé,  impassible à ce qui se passe dans son environnement, se désintéressant totalement des apprentissages tant ceux-là l’ennuient de par leur facilité.

Tout au contraire, il peut se révéler coléreux, impatient, "très actif" et opter pour tout comportement  « fauteur de troubles », cachant une grande sensiblerie, ne nous laissant pas penser qu’en fait, là encore, il peut s’agir d’ennui de sa part et d’incompréhension de la nôtre.

Nous le savons, chaque enfant est différent et évolue selon sa particularité. Un enfant « intellectuellement précoce » a parfois du mal à trouver sa place dans un contexte  « ordinaire » au milieu duquel il lui est parfois difficile d’évoluer à son rythme. D’autant plus ceux qui ne sont pas repérer rapidement car « précoce » est un mot bien restrictif pour exprimer toute la complexité de la situation, son intelligence et son fonctionnement étant différents et particuliers d’un enfant « surdoué » à un autre.

Un enfant défini « précoce » est vif d’esprit et traite les nouvelles informations plus rapidement que la moyenne. Il peut être capable de donner des réponses rapides sans pour autant avoir la faculté d’expliquer la démarche de sa pensée.  Il peut aussi donner un travail tout juste suffisant et avoir du mal à se concentrer pour un peu qu’il ne soit pas stimulé suffisamment. S’il a une très grande facilité à comprendre et mémoriser, il n’est pas pour autant méthodique ce qui peut le gêner dans la poursuite de ses études. Ses facilités peuvent donc le pénaliser par la suite car il ne connait pas le goût et le coût de l’effort. Il peut être performant dans certaines matières, mais pour autant se révéler « immature », voire maladroit dans des activités comme l’éducation physique et sportive.

Ses relations sociales peuvent être compliquées. Il peut avoir un sens aigu de la justice, une curiosité permanente, argumentant à tout venant dans les conversations d’adultes. En même temps, il peut avoir du mal à s’intégrer dans un groupe d’enfants de son âge, se sentant « décalé » et pouvant parfois même être intolérant face aux autres. Mais le regard des autres face à son encontre peut aussi se révéler douloureux. Un isolement, une mise à l’écart, notamment en cour de récréation n’est pas à exclure. Souvent doté d’une extrême émotivité, il peut alors être victime d’une mauvaise estime de soi, une perte de confiance, un mal-être le handicapant dans ses relations avec l’autre, enfant ou adulte.

Dans tous les cas, l’accompagnement d’un enfant à haut potentiel intellectuel est très  important car il pourrait « décrocher » tout autant qu’un enfant en difficulté d’apprentissage.

Nous l’accompagnons en tenant compte de sa singularité et de sa soif d’apprentissage. Là encore, aucun outil standard, mais un « apprentissage à la carte » et une acquisition de méthode de travail pour contribuer à son enrichissement.